6 bonnes raisons de préférer la VO à la VF

Que ceux qui ont déjà entendu/pris part à un échange similaire à ce qui suit lèvent le doigt :

– « Je déteste la VF. Pour moi c’est VO ou rien. »
– « Si tu le dis. N’empêche quand on regarde un film en VO, il faut lire les sous titres et c’est c****. »
– « Mais arrête. C’est juste une question d’habitude. Et puis, comment tu veux que notre pays parle mieux anglais quand tous les films et toutes les séries sont doublées ? »
– « Mais enfin, on ne va pas au ciné pour apprendre l’anglais ! Et puis le doublage est quand même bien fait en France. »

Dialogue pour moi typiquement français car dans notre beau pays on aime choisir son camp : Bordeaux/Bourgogne, PSG/OM, VO/VF. En ce qui concerne les deux premiers sujets, je ne vous donnerai pas d’arguments, ce serait bien trop long. Par contre pour le débat VO/VF j’ai clairement choisi mon camp, celui de la VO et voici mes raisons :

C’est l’occasion d’apprendre (partiellement) une langue étrangère

J’aime la VOST quelque soit la/les langues parlées dans un film, c’est un excellent moyen d’apprendre une langue. Bien sûr l’apprentissage ne peut être que partiel. J’ai, par exemple, vu beaucoup d’Almodovar en espagnol et je ne parle pas la langue de Rafael Nadal couramment pour autant. Cela étant, j’ai quand même réussi à en retirer quelques expressions (dont pleins de gros mots).

Il est certain que regarder des films/séries en VO ne remplace pas des cours de langues en bonne et due forme. Cependant, étant donné la masse de productions américaines, il est plus aisé d’apprendre l’anglais devant un écran que l’espagnol ou le russe.

Dans le détail, les bienfaits linguistiques de la VO se situent bien évidemment au niveau des compétences d’écoute et de compréhension mais aussi au niveau de l’instinct/l’intuition pour la langue étrangère. Ainsi, il n’est pas rare qu’un étudiant qui regarde beaucoup de films/séries en VO « ressente » la langue à la manière d’un natif.

La VF est un « crime » artistique

Un film ou une série est un objet visuel autant que sonore et il me semble que changer/altérer le son d’un film est un crime (un petit crime, hein ? Pas un gros crime. Du genre coller un chewing-gum sous une table de classe).

Les acteurs sont des artistes qui utilisent leurs corps en entier pour leurs performances et les rendre muets pour ensuite y apposer la voix d’autres acteurs aux talents et sensibilités différents me semble porter atteinte à l’intégrité artistique du film. Certains acteurs de doublage sont très doués mais ils ne sont pas les « originaux ».

Le son dit « naturel »

Quand on double un film, on extrait le canal audio où se trouvent les voix et on remplace celles-ci par les voix des doubleurs. Seulement voilà, on ne peut pas extraire les voix sans endommager la bande-son dans son entier car on retire certains bruits d’ambiances ainsi que la résonance naturelle du film. Ceci a pour effet de rendre le son du film artificiel. Faites l’essai suivant. Regardez une scène en VF puis passez à la VO, écoutez la différence.

Studio de doublage

Les contradictions dans le récit

Il existe plusieurs types de contradictions qui peuvent se produire lorsqu’un film est doublé. En voici deux qui me semblent percutantes :

  • Un acteur a un doubleur attitré qui est un acteur français connu. C’est, par exemple, le cas de Tom Cruise qui est fréquemment doublé par Yvan Attal. Maintenant, imaginez qu’Yvan Attal soit engagé dans une superproduction américaine et se retrouve aux côtés de… Tom Cruise. Oups. Qui va doubler Tom Cruise ? A ma connaissance cette situation est encore inédite mais, tout comme Tom Cruise, Yvan Attal est proche de Steven Spielberg qui l’a fait joué dans son film Munich et pourrait faire appel à eux pour un projet futur.
  • Un personnage est français dans une histoire américaine. L’intrigue peut alors jouer sur la barrière de la langue et/ou sur les clichés du français à l’étranger. Tout cela est perdu au doublage puisque les personnages américains parlent tous français. Ce fut le cas de Vincent Cassel dans le film Elizabeth ou de Kate Hudson dans Le Divorce.

Le snobisme

La VO a mauvaise presse chez ceux qui aiment faire des procès en snobisme. Il faut reconnaître qu’ils n’ont pas tout à fait tort : Beaucoup de nos compatriotes utilisent leur habitude de visionner des films en VO pour prouver leur supériorité culturelle. J’aurais tendance à prendre le problème à l’envers et à penser qu’il ne faut pas laisser aux snobs le monopole de la VO.

La VO s’est étendue depuis une dizaine d’années et elle est sortie des grands centres urbains. Mais la plupart des cinémas de banlieue ou de province proposent encore majoritairement de la VF comme s’il y avait d’une part une « élite » de connaisseurs (à Paris et dans les centres des grandes villes) qui saurait apprécier les subtilités des langues étrangères et d’autre part, un peuple dont les goûts culturels et les capacités intellectuelles et linguistiques seraient forcément limitées. Refusons ce cliché et laissons les snobs snober sur d’autres sujets.

La « fausse » familiarité

Quand on regarde un film doublé, on peut avoir l’impression fausse d’être plus proches des personnages car ils parlent notre langue. On peut par conséquent penser à tort que l’on connaît bien la culture dont est issu le film ou la série qu’on regarde. On peut par exemple penser qu’on connaît « l’humour américain » car on comprend les blagues qui font référence à des objets culturels américains familiers. Ceci peut avoir pour effet une propension à penser la culture américaine comme pauvre. En effet, si nous français sommes capables de comprendre et d’absorber cette culture dans son ensemble alors que nous possédons déjà notre propre culture, cela sous-entend qu’il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent de l’autre côté de l’atlantique. Il s’agit là d’une distorsion car les traducteurs, dans un souci d’adaptation à la situation culturelle française, changent délibérément les blagues, les références etc. Ceci dans le but que le film/la série « parle » plus au public français.

Un exemple : Dans un épisode de la série Friends, un des petits amis de Monica, joué par Tom Selleck, chante une chanson sous la douche. Les deux font ensuite une blague à propos des talents de chanteur du personnage.
Dans la VF, Tom Selleck chante une chanson issue du film Blues Brothers, film qui a proportionnellement rencontré beaucoup plus de succès en France qu’aux USA. Si on s’en tient à la VF, on peut se dire que les références culturelles d’un New Yorkais éduqué sont finalement très accessibles.
Par contraste, dans la VO, Tom Selleck chante Bad Bad Leroy Brown un classique américain peu connu en France rendant la référence culturelle moins accessible à un français car c’est une chanson peu connue en France. Pourtant, la version originale permettrait dans ce cas de vraiment ouvrir la culture française à une culture étrangère.

Mais… car il y a toujours un mais…

Cela étant dit, voici deux exceptions pour lesquelles le doublage ne me semble pas si mal :

Pour les enfants en bas âge, les dessins animés en VOST peuvent ennuyer voir dégoûter. Si vous souhaitez que votre enfant apprenne l’anglais (ou une autre langue) avec des « cartoons » commencez par des productions courtes et surtout ne le forcez pas.

Il existe des doublages « mythiques » : Les voix françaises de certains films des années 80 étaient particulièrement réussies et possèdent aujourd’hui une qualité « vintage » : La Guerre des étoiles (épisode IV, V, VI) ; la série des Retour vers le futur ; Die Hard ; tous les films avec Sylvester Stallone. Une liste de films que j’apprécie de voir également en VF.

Et vous, plutôt VF ou VO ? Avez-vous certains films que vous aimez particulièrement en VF mais que vous n’appréciez pas en VO ?
Ou bien avez-vous « découvert » un film quand vous l’avez revu en VO ?

8 réflexions au sujet de « 6 bonnes raisons de préférer la VO à la VF »

  1. J’ai beaucoup l’argument « snobisme », joli retournement 😉

    Je suis devenue plutôt VO que VF (mais sous-titré en anglais idéalement) même si j’avoue que des fois les VF, c’est reposant (surtout les séries légères comme Magnum par exemple). Mais une fois qu’on a goûté et pris un peu d’habitude à la VO, il faut avouer qu’on apprécie la subtilité qu’amène la voix de l’acteur et son timbre de voix (qui fait parti du casting).

    Merci pour cette série d’arguments, très intéressante.

    Aimé par 2 personnes

  2. Hello!

    Vive la VO! Il n’y a rien de tel qu’un film en VO. Je regarde principalement les films en VO depuis une dizaine d’année déjà. Je ne suis pas contre la VF à 100%, car il y a des films ou des séries que je suis habituée à voir à en VF et que je regarde toujours doublé en VF. Cependant il m’arrive parfois de lire sur les lèvres et de me rendre compte (pour la langue anglaise) que l’acteur n’a absolument pas dit ce qui a été traduit.

    Nous devons quand même admettre que nous avons de bons acteurs de doublage en France. Ce qui me chagrine, c’est que beaucoup trop d’acteurs populaires sont pris pour doubler des films d’animations, alors que ce n’est pas leur métier, mettant les acteurs de doublage qualifiés de côté.

    Tout ça pour dire que la VO, oui, oui, oui et re-oui! La VF, ça dépend et surtout avec des personnes dont c’est le métier premier.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour,petit,réflexion,la vo ne fait travailler que le traducteur ! Je vais plus loin dans mon raisonnement. Je pense,que le faite de doubler les films,viens aussi,que de permettre ,aux inter mi-temps du cinéma,théâtre,de bosser ,lorsqu’ils ne sont pas ou plus dans le feu des projecteurs ou sur les planches du théâtre, à l’origine.Cela leur évitait,le » chômage «  ! Et cela est devenue,une profession à part en tiers .Expression ,souvent dit jadis :j’ai doublé tel acteur ,maintenant on entend : j’ai prêté ma voix à ou au personnage ( dessin animé,plutôt) Alors,que pensez-vous de cette réflexion en V.O , end fin ! Étienne.

    Aimé par 1 personne

    1. Il y aura toujours un public pour la version doublée. Et je comprends que le doublage permette, comme tu le dis, de faire vivre d’autres professions. Cependant, je reste convaincue (pour toutes les raisons citées) que la VO est mieux. Je te remercie pour ton commentaire qui m’a fait voir l’autre côté des choses 😊

      Aimé par 1 personne

      1. Mais la vo reste la meilleure façon de découvrir non pas la voix,l’intonation bref le jeu de l’acteur, l’ambiance ,les Français ne sont pas les seuls à doubler ,l’Italie , l’Espagne,…. et ce qui est assez ,intéressant ou curieux s’est d’entendre ,le doublages d’un même film !

        Aimé par 1 personne

Répondre à helloootoday Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s