Chanson douce… ou l’art d’amadouer les parents, de Leïla Slimani

Ce roman a été récompensé par le prix Goncourt en 2016 et le grand prix des lectrices Elle (catégorie romans) en 2017. Par ailleurs, il en a été beaucoup question sur la blogosphère littéraire à sa sortie. Autant d’arguments pour aiguiser ma curiosité et me pousser à le glisser dans ma PAL. Je ne l’ai pas lu de suite, préférant me détacher des avis que j’avais pu en lire pour pouvoir me fixer sur mon seul ressenti. Au final je n’ai pas été déçue ! J’ai adoré ce lire, que j’ai lu à vitesse grand V.

Chanson douce – Leïla Slimani

Résumé

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. (Source : quatrième de couverture)

Mon avis

Le premier chapitre commence par le dénouement. En temps normal, je ne suis pas fan des histoires pour lesquelles la fin est donnée d’entrée de jeu, dans le sens où la plus grosse partie du suspense est dévoilée et qu’ainsi je suis moins curieuse de découvrir les tenants et aboutissements du roman. Pourtant cette fois, il s’est passé, tout le contraire. Je n’ai eu qu’une envie, dès les premières pages, de me plonger dans ce roman et de l’engloutir le plus vite possible afin de comprendre comment la psychologie d’une personne pouvait se retrouver à ce point bouleversée pour en arriver à des extrêmes pareils ! Il faut dire que le premier chapitre commence fort, il est dérangeant, choquant, digne d’un film d’horreur. Court, mais incisif, c’était juste ce qu’il fallait pour une mise en bouche !

Le roman se poursuit de manière chronologique à compter du moment où les parents de deux enfants en bas âge se mettent à la recherche d’une nourrice, jusqu’à la scène finale décrite au premier chapitre.

Sous ces allures de femme parfaite, qui répond aux exigences tout juste formulées et est irréprochable en tous points, le lecteur chemine petit à petit à travers les méandres psychologiques d’une femme profondément solitaire, jusqu’à ce que les limites imposées par notre société ne soient plus acceptables à vivre au quotidien.

La lecture est fluide, le roman poignant, sans longueurs. La psychologie des personnages est bien développée, autant pour les adultes que pour les jeunes enfants.

Le roman a été adapté au cinéma, mais j’ai tellement peur d’être déçue comparativement au livre, que je passe mon tour. Mais peut-être l’avez-vous vu ?

C’est un très beau roman dont je ne regrette pas la lecture, et que je vous conseille vivement. Pour ma part, je vais aller découvrir avec empressement les autres romans de cette auteure.

Vous l’avez-lu ? Vous connaissez cette auteure ? Vous avez lu d’autres livres d’elle ?
Cet article vous a t-il donné envie de découvrir ce livre ?

3 réflexions au sujet de « Chanson douce… ou l’art d’amadouer les parents, de Leïla Slimani »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s