LVER : Si un enfant perd une dent de lait, faîtes passer la petite souris. C’est trop bon de trouver une pièce sous l’oreiller.

Nous revenons avec un conseil LVER qui nous rappelle notre enfance. Les dents de lait, la perte et surtout la petite souris. Un des mythes de notre petit âge avec le Père Noël, la petite souris est un acteur essentiel de notre imagination, n’est-ce pas ? Suivez-nous aujourd’hui dans le conte de nos souvenirs.

Qu’en pense Magali ?

Étant petite, on ne peut pas dire que la perte de mes dents soit l’événement que j’attendais. J’avais peur de retirer seule mes dents qui pendouillaient, ma mère hurlait à la mort comme si j’avais une maladie grave et seule ma nourrice (avec qui j’ai toujours gardé contact) arrivait à me les enlever en me racontant une histoire, sans que je ne m’en rende compte et sans que cela ne fasse mal. Très vite, je me tournais vers elle pour qu’elle remédie à mon problème de dents. Quant à la petite souris, elle ne passait que si je lui mettais un mot pour accompagner ma dent. Et elle ne passait que chez ma mère. Exit les dents qui tombaient lorsque j’étais chez mon père. Autant vous dire que très vite, je n’ai plus cru à cette histoire de souris des dents. Pourtant, mon âme d’enfant aime cette histoire et la façon de rendre un peu magique un événement de plus dans la vie des enfants.

Pour ma fille, nous avons encore le temps, à 2 ans et demi, elle n’est pas encore prête à perdre ses dents. Mais je me plais à penser que je ferais vivre cette petite souris pour bercer un peu plus son enfance et y ajouter un brin de fantaisie.

Ma belle-fille, elle ne veut ôter ses dents qui bougent que toute seule. La majorité elle les a perdues chez sa mère, ce qui arrange mon mari pour qui la vue de ladite dent qui bouge fait tourner l’œil. Pour ce qui est de la souris, sa mère lui racontait une variante lorsqu’elle était petite : la fée des dents. À 10 ans, elle n’y croit plus depuis longtemps et si une dent vient à tomber quand elle est chez nous, ce n’est pas le fait de mettre la dent sous l’oreiller qui l’intéresse mais la valeur du billet qui atterrira sous l’oreiller « si si chez maman j’ai 50 euros pour une dent »… « Oui, bah nous ne sommes pas chez maman ». Pour moi, il n’y a plus de magie dans cette approche. Une dent reste une dent, une petite pièce sous l’oreiller c’est pour le clin d’œil. Un billet ou autre, il ne faut pas abuser, ce n’est pas Noël. Pour moi ça ôte d’une part la valeur des choses, et de deux, la magie du clin d’œil… Enfin ce n’est que mon avis et ma façon de voir…

La petite souris

Qu’en pense Valinda ?

Certains enfants ont hâte de perdre leurs dents de lait pour appeler la petite souris. Ce n’était pas mon cas. La souris était très gentille chez moi, elle m’apportait quelques pièces en échange de ma dent, mais la perte d’une dent était beaucoup trop douloureuse (physiquement j’entends) pour moi. Pour mes parents, c’était une façon de me rassurer, de me dire que j’aurai une récompense, que j’aidais la petite souris à construire sa maison, que j’allais être grande… que nenni, je n’en avais rien à faire.

Pour mon fils en revanche, ça fonctionne plutôt pas mal. Il est tellement content de pouvoir aider la petite souris et d’avoir une récompense monétaire, qu’il en viendrait presque à s’arracher les dents à la moindre petite instabilité de celle-ci. Je lui ai donc bien précisé que la petite souris ne vient que pour les dents tombées par elles-mêmes et non celles arrachées volontairement. Il a bien compris le principe maintenant.

A sa première dent de lait tombée, c’était à l’école et je ne lui avais pas raconté l’histoire de la petite souris. Il a donc perdu sa dent dans la cour et n’a pas cherché à la retrouver. Mince alors ! Je n’aurai donc pas de dent à mettre sous l’oreiller… nous l’avons remplacé par un petit mot.

Je n’aurai pas non plus le « plaisir » de garder sa dent dans sa boîte à souvenirs. Mais d’ailleurs, en parlant de ça, nous trouvez-vous pas que c’est une peu « dégueu » de garder les dents de lait de vos enfants ? Je fais ça un peu comme un mouton, les parents le font alors je le fais… mais je vais sûrement arrêter parce que je trouve ça bizarre en fin de compte. Mais ça, c’est un autre sujet !

Tout ça pour dire que la petite souris a sa petite place chez nous, mon fils y croit encore et il l’adore !

Et vous, la petite souris existe-t-elle chez vous ? Qu’en pensent vos enfants ?

« La vie en rose, mode d’emploi » de Dominique Glocheux aux Editions Albin Michel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s